AU CLAIR DE LA LUNE

Lanterne

D’après certains, la culture populaire conserverait et transmettrait de lointaines sagesses à travers le folklore et les contes populaires. Il est vrai qu’il y a de quoi s’interroger lorsqu’on accorde un peu d’attention à des comptines ou contes pour enfants. Par exemple, le texte de la berceuse « Au clair de la lune » semble énigmatique et soulève de nombreuses questions : qui est pierrot ? Qui est cette mystérieuse voisine ? Qui est le personnage qui raconte cette histoire ? Pourquoi vouloir écrire un mot en pleine nuit ? Qu’est-il arrivé à la chandelle ? Qu’est-ce-que ça signifie « batte le briquet » ?, etc. Autant de questions pertinentes sur une réalité dont la beauté réside, il me semble, dans l’agencement harmonieux des multiples réponses possibles…

Au clair de la lune,
Mon ami Pierrot,
Prête-moi ta plume
Pour écrire un mot.
Ma chandelle est morte,
Je n’ai plus de feu ;
Ouvre-moi ta porte,
Pour l’amour de Dieu.

Au clair de la lune,
Pierrot répondit :
« Je n’ai pas de plume,
Je suis dans mon lit.
Va chez la voisine,
Je crois qu’elle y est,
Car dans sa cuisine
On bat le briquet. ».


Dans le même esprit, voir aussi « La plume et l’encrier » de Hans Christian Andersen (1805-1875) ou encore le « Livre de l’arbre et des quatre oiseaux » du poète et mystique Ibn Arabi (1165-1240).


Un grand merci à Mouscad du blog imageetreflets d’avoir soulevé ces questions pertinentes !

Tag(s) associé(s):