LES SIX CYGNES (1ère partie)

Six cygnes

Les six cygnes, « Die sechs Schwäne » en allemand, est un conte populaire germanique que l’on trouve notamment dans les recueils des frères Grimm et plus précisément dans le premier volume de contes de l’enfance et du foyer, « Kinder und Hausmärchen », publié vers 1812. Voici un résumé de cette histoire.

Un roi avait pris l’habitude de chasser dans une grande forêt abritant de nombreux gibiers. Un jour, sa passion pour la chasse était devenue tellement forte qu’il s’élança à bride abattue à la poursuite d’un cerf majestueux. Se faisant, il en perdit son équipage de chasse, car tous ses suivants avaient été distanciés par la fougue du roi, qui se retrouvait maintenant seul au beau milieu de la forêt. Le cerf lui avait échappé, un silence inquiétant s’était installé dans les bois et le roi ne savait plus comment rentrer chez lui. Il décida donc de rebrousser chemin en espérant ainsi revenir sur ses pas. Mais il n’en fut rien. Après quelque temps à errer, le roi aperçut une vieille femme qui se rapprochait lentement de lui. C’était une sorcière. Il l’apostropha en ces termes : « Ma très chère dame, pourriez-vous m’indiquer, je vous prie, un chemin pour sortir de ces bois ?

– Eh bien, oui, mon seigneur ! répondit-elle. Je le peux, mais à une seule condition. Si vous ne la remplissez pas, vous ne pourrez jamais sortir de la forêt et vous mourrez de faim et d’épuisement dans votre errance.

– Quelle est cette condition ? s’étonna le roi.

– Eh bien, j’ai une fille d’une grande beauté. Si vous l’épousez et que vous faite d’elle la reine de votre royaume, alors je vous indiquerai un chemin sûr pour quitter cette forêt. ».

Le roi avait peur, car on n’épouse pas une fille de sorcière sans conséquence… Mais sa peur de mourir de faim était encore plus grande. Il accepta donc le marché proposé par la veille femme. Tous deux partir vers la maison de la sorcière. À leur arrivée, une belle jeune fille les attendait assise au coin du feu. Elle accueillit le roi et sa mère. Au premier regard, le roi eut une désagréable impression à la vue de cette jeune fille au côté de sa mère. Sa beauté resplendissante contrastait maladroitement avec la laideur de la vieille sorcière. Malgré tout, il fit monter la jeune fille sur son cheval et ensemble ils empruntèrent le chemin indiqué par la sorcière. Le roi retrouva son palais où les noces furent célébrées. Le roi avait déjà été marié et avait sept enfants de sa première épouse, six garçons et une fille. Il aimait ses enfants plus que tout au monde. Comme il craignait que leur belle-mère ne leur fit du tort, il les conduisit dans un château isolé situé au milieu d’une forêt. Le château était si bien caché que personne ne pouvait y accéder à moins de posséder une pelote de fil magique confectionné par une fée des bois. Le roi en possédait une. Pour s’y rendre, le roi lançait la pelote devant lui, qui se déroulait d’elle-même, lui indiquant par la même occasion le chemin à suivre. Le roi rendait souvent visite à ses enfants et ses absences régulières finirent par intriguer la reine. Elle soudoya alors l’écuyer et confident du roi pour connaître la vérité. Ce dernier trahit son secret et lui révéla l’existence des enfants et l’endroit où le roi cachait sa pelote magique. La méchante reine confectionna alors de petites chemises de soie blanche qu’elle ensorcela. Un jour, alors que le roi était parti à la chasse, elle s’empara de la pelote et se rendit au château. La pelote lui montrait le chemin. Pensant voir leur père arrivé, les six garçons partirent à la rencontre de la reine qui jeta aussitôt les chemises sur eux. Dès qu’elles touchèrent leurs corps, les enfants se transformèrent en cygnes et s’envolèrent dans le ciel. Mais la reine ne savait pas que le roi avait aussi une fille. Elle rentra donc au palais contente de son forfait croyant s’être débarrassé définitivement de la progéniture du roi. Le lendemain matin, le roi rendit visite à ses enfants. Mais il ne trouva que sa fille prostrée dans sa chambre : « Où sont tes frères ? demanda le roi.

– Ah ! Très cher père, répondit-elle, ils sont partis et ils m’ont laissée toute seule au château.

– Où sont-ils partis ? Réponds, je te prie ! ». Elle lui raconta alors qu’elle avait vu depuis sa fenêtre comment ses frères avaient été transformés en cygnes et s’étaient envolés dans le ciel avant de disparaître au loin. Pour preuve, elle lui montra les plumes qu’ils avaient laissé tomber dans la cour. Le roi s’affligea un long moment. Après avoir repris ses esprits, il ordonna à sa fille de le suivre dans son palais, étant donné que le château n’était plus sûr. La jeune fille accepta à la seule condition qu’elle puisse passer une dernière nuit dans le château, à la mémoire de ses frères. Le roi accepta.

À suivre…

Tag(s) associé(s):