AMATERASU

Amaterasu, la déesse japonaise du soleil

Amaterasu ou « Lumière céleste » est la technique Katon, littéralement « Libération de feu », la plus puissante du clan Uchiwa. Pour s’en servir, le ninja doit posséder une pupille spéciale dénommée Mangekyô Sharingan, qui signifie « Kaléidoscope de l’œil copieur tournoyant », dont on dit qu’il voit « la vérité de toute la création sans obstruction ». Seule une poignée de membres du clan Uchiwa a été capable d’utiliser cette technique au prix de nombreux sacrifices.
Concrètement, l’utilisateur commence par créer des flammes noires à l’aide de sa pupille, puis les propage sur sa ligne de vue pour atteindre sa cible. L’objet ainsi touché se met alors à brûler pendant sept jours et sept nuits, sans pouvoir être éteint à la manière d’un feu ordinaire. Seul l’invocateur de la « Lumière céleste » est en mesure d’étouffer les flammes noires par une contre-technique nécessitant énormément de Chakra, une sorte d’énergie vitale manipulée par les ninjas pour créer des phénomènes extraordinaires (boules de feu, illusions, marche sur les eaux, etc.).
Dans la mythologie japonaise, Amaterasu est la déesse du soleil et l’une des principales divinités du shintoïsme, la religion impériale au Japon. Le disque rouge sur fond blanc apparaissant sur le drapeau national, parfois représenté avec des rayons, ainsi que le nom même du pays, Nippon, signifiant « Terre du soleil levant », sont des références explicites au caractère solaire de la grande déesse et à sa place centrale dans la culture japonaise. De nombreux lieux de culte lui sont d’ailleurs consacrés sur l’archipel nippon, comme l’important sanctuaire shintô de la ville d’Ise sur l’île Honshu.
C’est dans le Kojiki, recueil des mythes fondateurs du Japon, qu’on trouve l’histoire d’Amaterasu. À l’origine, il est dit que l’univers n’était qu’un immense chaos indifférencié. Puis, le ciel et la terre furent séparés et les premiers dieux, les Kotoamatsukami, émergèrent spontanément du royaume céleste, bientôt suivis par d’autres dieux. Ils demandèrent ensuite à un couple de divinités, le dieu Izanagi et la déesse Izanami, d’engendrer la première terre ferme (Onogoro) au centre de l’immense océan originel, qui deviendra plus tard l’archipel du Japon.
La légende raconte également que le dieu Izanagi voulut un jour se purifier après un voyage dans le royaume des morts (Yomi). Pour cela, il se rendit à l’embouchure du fleuve Tachibana pour laver son visage et un miracle se produisit. Amaterasu apparut soudainement lorsqu’il versa de l’eau sur son œil gauche, puis, Tsukuyomi, le dieu de la lune, quand l’eau du fleuve coula sur son œil droit, et enfin Susanô, dieu de la mer et des tempêtes, quand l’eau toucha son nez. Izanagi fut si ravi de la naissance d’Amaterasu, qu’il la désigna « Régente » du royaume céleste : la haute plaine du paradis (Takamagahara). Le temps passa et le frère cadet d’Amaterasu, l’impétueux et imprévisible Susanô, se mit à ravager le paradis sans raison apparente. Outragée, la déesse se cacha dans une grotte, plongeant le ciel et la terre dans les ténèbres et provoquant ainsi toutes sortes de catastrophes. Voyant ce désastre, les autres dieux décidèrent de se réunir afin d’unir leurs forces, pour imaginer des solutions à cette terrible situation. Ils effectuèrent de nombreux rituels, prières et offrandes, mais sans obtenir le moindre résultat.
Dans cette frénésie créatrice, la déesse de la gaîté et de la bonne humeur, Ame no Uzume, se lança irrésistiblement dans une danse extatique incontrôlée et si mouvementée qu’elle en perdit ses vêtements, ce qui déclencha les rires tumultueux des autres divinités. Saisissant l’occasion, les dieux imaginèrent une ruse. Ils déclarèrent en chœur qu’Amaterasu avait été enfin remplacée par une déité plus puissante qu’elle ! Intriguée par cette curieuse révélation, la déesse du soleil jeta un œil à l’extérieur de sa grotte et vit son reflet dans un miroir (ou bouclier) de bronze (Yata no Kagami) tendu à cet effet par un dieu et fabriqué dans le but de tromper Amaterasu. Confondant son reflet avec cette puissante déesse nouvellement apparue, Amaterasu mit un pied en dehors de la caverne. C’est à ce moment qu’un dieu d’une force extraordinaire lui attrapa la main et l’extirpa de son refuge inexpugnable. C’est ainsi, conclut la légende, que la grande déesse retrouva sa place parmi les dieux et que le soleil communiqua de nouveau, par l’intermédiaire de ses rayons, une lumière et une chaleur providentielles au monde entier.


Extrait du livre Les influences culturelles dans le manga Naruto, à travers la mythologie et l’histoire du Japon, J.M. Montsalvat, 2021.

Pour plus d’info, voir la boutique en ligne.

Crédit photo : Shunsai Toshimasa, Public domain, via Wikimedia Commons