ÉVEIL ET RÉALISATION

Eveil spirituel

Roummane était une jeune femme active et sociable. Elle se donnait sans compter et s’investissait énormément dans son travail. Mais ce qu’elle aimait par dessus tout, c’était de se retrouver en famille ou parmi ses amis, où sa gaîté naturelle et sa bonne humeur illuminaient ses proches. C’était la face lumineuse de Roummane. Mais comme tout le monde, elle possédait également un côté ténébreux qu’elle tentait de masquer autant que faire se peut. À ces moments de bonheur succédaient de longues périodes de mélancolie, où Roummane ressentait la nostalgie d’une autre vie…
Un jour, où elle était d’humeur maussade, songeuse et un peu triste, un inconnu l’aborda dans la rue : « Hé toi, là-bas ! », s’écria-t-il. La jeune femme se retourna machinalement et elle aperçut à quelques pas, un vieux bonhomme hirsute et mal fagoté. « Un mendiant sans importance… », pensa-t-elle, avant de reprendre sa route. Le vieux insista : « Roummane, tu aurais tort de m’ignorer ! ». La jeune fille s’arrêta net ! « Comment peut-il connaître mon prénom ? », se demanda-t-elle. Après quelques instants, elle reprit ses esprits et conclut qu’il ne s’agissait que d’une étonnante coïncidence. Après tout, elle était loin d’être la seule à porter ce prénom. Elle tourna les talons et reprit son chemin. Mais le vieil homme n’en démordait pas : « Warda, je suis venu de très loin pour toi ! ». Roummane se figea littéralement sur place en entendant les derniers mots du mendiant. Il n’était plus question de coïncidence dorénavant, parce qu’il l’avait appelée par son deuxième prénom, que très peu de personnes connaissaient de surcroît !
L’effet de surprise estompé, elle se dirigea vers le vieux bonhomme pour savoir ce qu’il voulait : « Qui êtes-vous ? Et que me voulez-vous ?
– J’ai été envoyé pour t’aider, répondit-il.
– Comment ça ? Je n’ai pas demandé d’aide !
– Mais ton état parle de lui-même jeune fille, rétorqua le vieux.
– Que voulez-vous à la fin ? s’exaspéra-t-elle. Le vieil homme la fixa alors dans les yeux, se rapprocha d’elle et lui prit la main droite.
– Sache que tu ne le chercherais pas, si tu ne l’avais pas déjà trouvé…
– Je ne comprends pas ! s’exclama Roummane.
– Sache qu’il ne refuse jamais son aide à ceux qui la demandent, continua le vieux. Tu l’as appelé à maintes reprises. Tu l’as même supplié pour qu’il intervienne, et il te répond aujourd’hui. Es-tu prête à recevoir le dépôt qui te reviens de droit Roummane ? Es-tu prête à bouleverser ta vie sans aucun retour en arrière possible ? La jeune femme médusée ne comprit pas ce drôle d’avertissement. Mais elle sentait clairement un appel sourdre de ses entrailles en réponse à ce qu’elle venait d’entendre ; et cela, elle ne pouvait l’ignorer.
– Oui, je l’accepte, dit-elle spontanément, émue par ces paroles qui résonnaient en elle si fortement, sans pour autant comprendre véritablement leurs significations profondes…
– Soit, je vais te transmettre un dépôt d’une immense valeur. ». Il lui prit de nouveau la main et marmonna quelques formules dans une langue étrangère, l’embrassa, puis il s’en alla. Elle ne le revit plus jamais après cela.
Les jours passèrent. Roummane était heureuse. Elle se sentait grosse d’un devenir radieux. Très vite, ses peurs s’étaient envolées, son âme s’était apaisée, ses rêves étaient de plus en plus lumineux et parfois des visions d’un autre monde remplissaient son cœur de joie. Mais cet état de béatitude ne dura pas. Après quelques semaines, des nuages gris s’amoncelèrent dans le ciel bleu de son âme et Roummane retrouva son état habituel, une vie monotone et sans saveur…
Elle s’écria alors en elle-même : « Pourquoi les moments de bonheur et de plénitude sont-il toujours aussi fugaces ? ». C’est alors qu’une voix intérieure lui répondit ces quelques mots : « Tu te trompes de cible jeune fille ! Sache que les états d’âme ne sont que des effluves parfumées qui viennent à toi et s’en vont. Ils sont comme l’odeur agréable d’une rose. Ne cherche pas à garder le parfum auprès de toi. Deviens toi-même une fleur, Roummane, et cette senteur ne te quitteras jamais plus ! ». En cet instant, elle réalisa soudainement le fossé qui séparait l’éveil de la réalisation spirituelle…

J.M. MONTSALVAT© 2021.