EN PAYS KOTA

Forêt Africaine

Il existe une vieille légende qu’on se raconte de père en fils dans le lointain pays Kota, une région sauvage d’Afrique Centrale, à cheval entre le Nord-Est du Gabon et le Congo. Cette légende fait encore trembler aujourd’hui les villageois, les grands comme les petits, lors des veillées au coin du feu pendant les longues nuits africaines.

Cette histoire a pour décor la jungle qui sépare les villages de Mékambo, qui existe encore de nous jours, et de Boumbazokou qui a été abandonné depuis bien longtemps déjà. Dans cette jungle vit depuis des temps reculés une créature qui terrorise encore aujourd’hui les populations de cette contrée éloignée. Les anciens disent qu’elle s’appelle «  Magazi ma lipepa ». Pour certains, c’est un esprit de la forêt capable de revêtir toutes les formes. Pour d’autres, c’est un animal mythique, mi-homme mi-bête, velu de la tête au pied ou n’ayant qu’un seul pied, selon les versions. On aurait même retrouvé des cheveux accrochés aux troncs des arbres, comme d’étranges traces de son passage. On raconte qu’elle s’attaque aux méchants hommes et les fait disparaître à jamais. Parfois, elle sauve un homme bon d’un péril. Tout dépend de votre chance… Lorsqu’on l’entend hurler au loin dans la forêt, c’est toujours mauvais signe et ses cris lugubres annoncent en général la mort imminente d’un villageois. On dit aussi qu’elle fait perdre le sens de l’orientation à quiconque s’approche trop près de son territoire dans la jungle : « Elle pouvait te faire tourner pendant des jours autour de ton champ sans que tu t’en rendes compte ! Puis, te délivrer de ce maléfice selon son bon vouloir… », nous disent les vieux du village. Une autre fois, la bête aurait enlevé trois enfants qu’elle avait mystérieusement cachés, pendant des mois, derrière la case en bois de leurs parents. Après avoir fait leur deuil, voilà qu’un beau matin les trois enfants réapparurent comme par enchantement, sains et saufs, à l’entrée du village. Imaginez un peu la panique générale ! Lorsqu’on leur demanda où ils étaient depuis tout ce temps, ils répondirent qu’ils étaient restés chez « Tata », mystère…

Légende, conte, histoire de « bonne femme », mythe ou réalité ? Encore aujourd’hui, personne ne se hasarderait à défendre une opinion tranchée sur cette affaire mêlant religion, animisme et autres croyances et pratiques occultes. En Afrique, tout le monde sait que personne ne sait vraiment ! D’autant plus qu’on ne peut jamais extraire impunément une légende africaine du lieu où elle est née. À défaut de connaître la vérité, tous savent parfaitement que «  Magazi ma lipepa » vit bel et bien dans la mémoire collective des villageois du pays Kota…


Source : un grand merci à Claude qui a grandit en pays Kota et nous a gentiment rapporté cette mystérieuse d’histoire.

Tag(s) associé(s):