SECRETS RABELAISIENS

Amande

Gargantua est le second roman de François Rabelais (vers 1483 – vers 1545), célèbre écrivain français, humaniste de la Renaissance, mais aussi ecclésiastique et anticlérical, libre penseur, médecin ayant l’image d’un bon vivant, les multiples facettes de sa personnalité semblent parfois déroutantes. Gargantua fut probablement publié entre 1533 et 1535 sous le pseudonyme d’Alcofribas Nasier, anagramme de François Rabelais. Dans le fameux prologue, passé à la postérité, le narrateur avertit ses lecteurs de ne point s’arrêter au sens littéral mais d’interpréter le texte au-delà de son apparence frivole, et les invite à chercher la « substantifique moelle » de ses écrits.

EXTRAIT DU Prologue de Gargantua

À son exemple, il vous faut être sages pour humer, sentir et estimer ces beaux livres de haute graisse, légers à la poursuite et hardis à l’attaque. Puis, par une lecture attentive et une méditation assidue, rompre l’os et sucer la substantifique moelle, c’est-à-dire (ce que je signifie par ces symboles pythagoriciens) avec l’espoir assuré de devenir avisés et vaillants à cette lecture. Car vous y trouverez une bien autre saveur et une doctrine plus profonde, qui vous révélera de très hauts sacrements et mystères horrifiques, tant sur notre religion que sur l’état de la cité et la gestion des affaires.

Tag(s) associé(s):