ISIS OU LA RÉSURRECTION D’OSIRIS

Anubis

La mythologie de l’ancienne Égypte recèle de nombreux récits extraordinaires et merveilleux mettant en scène les dieux et les déesses d’un panthéon riche et coloré. La légende d’Osiris et d’Isis était l’un des plus importants mythes pour les anciens égyptiens.

Isis avait enfin récupéré le sarcophage de son époux Osiris. Elle retourna donc en Égypte et se réfugia sur l’île de Bouto, où elle était née, dans les marais du delta du Nil. Elle mit ainsi à l’abri la dépouille divine parmi les roseaux. Ce fut également à Bouto qu’elle mit au monde son fils Horus, héritier d’Osiris, qu’elle nourrit et éleva loin de la malveillance de Seth. Mais un jour, au cours d’une chasse au clair de lune, l’usurpateur découvrit le sarcophage, l’ouvrit et reconnut le cadavre de son frère. De rage et pour lui interdire une sépulture digne de ce nom, il découpa le corps d’Osiris en quatorze morceaux et il les dispersa dans les marais. Isis finit par apprendre le nouveau crime perpétué par Seth et se changea en milan pour mieux apercevoir, depuis le ciel, les parties du corps dispersées. À chaque fois qu’elle retrouvait un morceau de chair, elle érigeait un tombeau en l’honneur de son défunt mari. Au bout d’un certain temps, elle réussit à recueillir tous les morceaux épars du corps de son époux, excepté un, le phallus qui avait été avalé par un poisson. Ne se décourageant point, Isis appela au secours les dieux qui lui étaient restés fidèles. Ils répondirent tous favorablement à son appel. Anubis, le dieu à tête de chacal, réunit les parties éparses du corps et momifia l’ensemble à l’aide de bandelettes. Grâce à ses connaissances, Thot révéla le moyen de redonner la vie à Osiris, tandis que la magie d’Isis et de Nephthys le ressuscita finalement. Ainsi, avec la momification, l’ensevelissement dans un tombeau, la prière des morts et la magie, Isis venait d’inventer le remède d’immortalité.

Fin.

Source : Marguerite Divin – Contes et légendes de l’Egypte ancienne – Fernand Nathan éditeur – 1949

Tag(s) associé(s):