LE VOYAGE DE CHIHIRO

Chihiro, l'esprit sans face

« Le voyage de Chihiro » est un film d’animation japonais écrit et réalisé par Hayao Miyazaki, et produit par le studio Ghibli. Le film est sorti dans les salles de cinéma en 2001. Il raconte l’histoire fabuleuse d’une petite fille ordinaire de dix ans nommée Chihiro.

Sur la route qui les mènent à leur nouvelle maison, Chihiro et ses parents se retrouvent bloqués par un tunnel au bout duquel se trouve une ville fantôme. Ils décident d’aller inspecter les lieux à pied, et découvrent un restaurant vide, malgré les nombreux plats succulents disposés sur des tables. Ils se permettent alors de manger de chaque met, ce qui leur vaudra d’être transformés en porcs au couché du soleil, ayant consommé la nourriture réservée aux esprits de la nuit. De son côté Chihiro va rencontrer un jeune garçon nommé Haku, et celui-ci va l’aider à survivre puis à s’intégrer dans ce monde peuplé d’êtres étranges et singuliers. Chihiro n’aura de cesse de chercher un moyen de redonner à ses parents leurs formes d’êtres humains.

« Le voyage de Chihiro » est un conte moderne d’une incroyable profondeur et d’une richesse symbolique étonnante. Pour illustrer mon propos, j’ai choisi de donner la parole au réalisateur Hayao Miyazaki qui est le mieux placé pour en parler : « Le nom et la perte de celui-ci est une des clés de ce film. Le nom est pour moi le symbole de ce que l’on doit absolument préserver lorsque l’on se fond dans un groupe. Si Chihiro perd son nom, elle risque soit d’être effacée soit d’être transformée en cochon. ». La trame principale de l’histoire est constellée d’intrigues secondaires dont l’une consiste pour Chirhiro, à aider son ami Haku à se libérer de l’emprise de la méchante sorcière Yubaba ; et pour cela elle doit retrouver le véritable nom de son ami Haku qui lui a été volé par Yubaba, tout en faisant attention de ne pas oublier son propre nom, car entre-temps, elle a été rebaptisée « Sen » par Yubaba. Beaucoup de contes et légendes font référence au pouvoir magique du nom singulier que porte chaque être. Chaque individu posséderait un nom propre représentant son essence individuelle, c’est-à-dire toutes les qualités et les attributs de sa personnalité. Dans ce sens, oublier son nom, ce serait comme perdre ce qu’il y a de plus profond en soi, tourner le dos à sa nature intime, à ce qui fait de nous des êtres uniques dont la beauté singulière concourt à l’harmonie universelle. C’est pourquoi, Chihiro ne veut pas s’identifier à son nouveau nom « Sen », qui est la centième partie du Yen, la monnaie nationale du Japon, et qui symbolise quelque chose de négligeable et secondaire. Dans le cas contraire, Chihiro sait très bien qu’elle perdrait la richesse qui se trouve en elle et le souvenir de ses parents ; et à vrai dire, s’amputer de l’essentiel, n’est-ce pas quelque part comme devenir un vulgaire cochon ?