Guide, maître intérieur

Le maître intérieur

Pour la dernière fois je vous le dis : rentrez en vous-même, enchaînez vos sens, cherchez le bonheur dans votre cœur et non dans vos passions. La source de la béatitude n’est pas hors de nous, mais en nous.

Léon Tolstoï (1828-1910)

En cette époque moderne, force est de constater que le processus de transmission spirituelle s’est transformé radicalement. Auparavant, lorsqu’un être humain entendait en lui l’appel du divin, il se mettait en quête d’un guide capable de l’initié en lui transmettant une influence spirituelle authentique. Une relation de compagnonnage s’établissait alors entre le maître et son disciple. Le maître suivait régulièrement sa progression et lui fournissait au moment opportun des exercices spirituels et des enseignements personnalisés, capables de l’éveiller à son être réel. Aujourd’hui, ce mode de cheminement n’existe quasiment plus en pratique, et cela pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la vie moderne ne permet plus d’avoir une véritable relation de compagnonnage. D’un côté, de nombreux guides spirituels contemporains sont morts à ce monde au XXe et au XXIe siècle sans que personne ne soit en mesure d’assumer la totalité de leur fonction. De l’autre côté, les maîtres authentiques encore vivants sont âgés et submergés par les milliers de disciples à leur charge ainsi que par leurs différentes responsabilités dans la société civile. La plupart d’entre-eux ont bien évidemment formés des représentants, mais il faut bien avouer que cette relation indirecte n’est pas suffisante pour celui qui s’est engagé corps et âme dans une quête du divin. Lorsqu’on engage tout son être sur une voie, on a besoin de recevoir en retour un soutien complet à la fois physique, psychique et spirituel. Par ailleurs, la fin du cycle de manifestation de la présente humanité contraint les maîtres à focaliser leur attention sur l’essentiel, à savoir travailler pour l’avenir de nos enfants et pour les générations futures. Enfin, il faut être réaliste, qui possède aujourd’hui les moyens nécessaires pour concilier une vie familiale et professionnelle intense avec les exigences et les contraintes d’un cheminement spirituel en profondeur ?

Ce constat est certainement pessimiste mais il reflète une réalité vécue par ceux qui ont atteint un certain stade de leur développement spirituel. A ce degré, ils ne peuvent plus se contenter d’une relation à distance et incomplète avec un guide spirituel, et dans le même temps ils n’ont pas accès à l’accompagnement personnalisé dont ils ont besoin. Un dicton populaire traduit de manière explicite cette situation : « Je suis assis entre deux chaises ! ». Alors que faire ? Le cheikh soufi Ahmad al-‘Alawî (1869-1934) nous offre une clé de compréhension dans l’un de ses nombreux poèmes :

« La maladie est en toi, et tu ne voies rien.

Le remède ne peut venir que de toi, et tu n’en sais rien.

Tu crois que tu n’es rien de plus qu’un corps minuscule,

alors qu’en toi se trouve le Macrocosme avec une majuscule ».

Le cheikh nous dit ici que nous avons toutes les ressources intérieures pour nous libérer et retrouver notre nature divine véritable, celle qui fait de nous des êtres complets et pleinement humains. Par opposition au succédané qu’est devenu l’homme moderne. Mais attention, le divin est certes en nous, mais nous ne sommes pas pour autant le divin. Arrêter de respirer quelques minutes pour vous en convaincre… Croire que l’individualité humaine est capable de se transcender par ses propres moyens est une nouvelle illusion, car comment le plus pourrait-il sortir du moins, comment un individu pourrait-il se transcender lui-même tout en restant le même ? Absurde, non ? En réalité, c’est la présence divine et universelle qui est en nous, qui a le pouvoir d’illuminer et de transformer notre individualité humaine. Nous pourrions donc dire que la maladie est toute entière contenue dans les prétentions de notre égo, qui en occupant tout l’espace disponible dans notre intériorité, empêche le remède, c’est-à-dire l’Esprit divin qui réside au cœur de notre individualité, d’agir pleinement en nous. Autrement dit, réduisez la taille de votre égo et votre maladie diminuera d’autant. Agrandissez l’espace disponible en vous pour accueillir l’Esprit, et le guide intérieur se manifestera à vous en conséquence et le recours à un maître extérieur n’aura alors plus de sens.

Le véritable guide intérieur se trouve bien loin des délires pseudo-spirituels qui se sont propagés avec la pensée new-age au point d’occulter le sens réel de ce dont il s’agit. Il suffit de saisir l’expression « maître ou guide intérieur » sur YouTube pour se rendre compte à quel point la compréhension de cette réalité spirituelle est galvaudée, déviée, voire inversée. Aujourd’hui, on tente de nous faire croire que le mental (raison, logique, mémoire, etc.) est une entrave dans le développement spirituel ; et qu’il faut avant tout s’appuyer sur une intuition instinctive (sensations, émotions, ressentis, etc.), et donc infra-humaine, pour contacter des soi-disant guides intérieurs tels que les « maîtres ascensionnés », les archanges et autres entités fantaisistes. En vérité dans la majorité des cas, il s’agit exclusivement de phénomènes psychiques, soit des auto-suggestions à base de méthode Coué et d’associations d’idées, au sens de la psychologie moderne, générées par le mental et conditionnées par la mémoire d’expériences passées, soit des contacts réels avec des entités du monde psychique. Mais dans les deux cas, on est très loin du monde spirituel. La meilleure preuve de cette supercherie réside dans le contenu des messages transmis par ces pseudo-guides spirituels. Il suffit d’un peu d’attention pour comprendre immédiatement que ces communications ne vous apprennent rien que vous ne vous sachiez déjà ; et même lorsqu’elles incorporent des vérités traditionnelles, on détecte tôt ou tard des contrefaçons grossières, véritables marques de leur provenance, à savoir le monde psychique inférieur. Inversement, pour un œil exercé, le contenu de ces messages vous renseigne paradoxalement sur la nature intime de celui qui les délivre… Ce qui montre encore une fois le caractère grotesque de cette situation où un individu prétend vous montrer qui vous êtes en contactant ses guides intérieurs alors qu’en réalité il se met à nu devant vous, sans en être conscient.

Dans la conception traditionnelle, le maître intérieur est avant tout l’Esprit divin qui réside en chaque être humain. L’Hindouisme nomme cette réalité le « Soi » (« Âtmâ »), qui est personnifiée dans la Bhagavad-Gîtâ par le seigneur Krishna qui dispense un enseignement au prince Arjuna symbolisant le « moi ». Dans le Christianisme, le maître intérieur n’est autre que le Christ lui-même comme le dit explicitement le verset 23:10 de l’évangile de Matthieu « Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ ». Les soufis quant à eux s’appuient sur le verset coranique 2:151 : « Ainsi, Nous avons envoyé parmi vous (ou en vous-même) un messager (le Prophète) de chez vous (ou qui vient de votre intériorité) qui vous récite Nos versets, vous purifie, vous enseigne le Livre et la Sagesse et vous enseigne ce que vous ne saviez pas ». Ce verset est un des fondements scripturaires qui justifient leur expérience spirituelle de la lumière du Prophète (« al-Nûr al-Muhammadî ») comme guide intérieur universel. Cependant, il ne faut se laisser abuser par cette multiplicité apparente, ni entrer dans le jeu des oppositions. Le maître intérieur, en tant qu’il est l’Esprit universel, peut prendre une multitude de formes et se manifester d’un individu à l’autre de manières bien différentes, plus ou moins directes et à des degrés divers et variés, voire même de façon diamétralement opposée, et ceci afin de s’adapter à la mentalité et aux prédispositions spirituelles de chaque être humain.

De même, les modalités de communication entre l’égo et l’Esprit universel, ou le « moi » et le « Soi » si l’on préfère, sont innombrables, leur multitude étant un effet de la richesse divine : « Quelle profondeur dans la richesse, la sagesse et la science de Dieu ! » (Saint Paul, épître aux Romains 11, 33). Les prophètes bibliques ont tous été en contact à un moment ou un autre avec le divin à travers des songes (Joseph, Jacob) ou des visions (Ézéchiel), l’audition de voix surnaturelles (Noé, Abraham) ou par l’intermédiaire d’anges (Marie, Moïse), etc. Une fois encore, il ne faut pas se limiter à ces quelques exemples, l’Esprit universel étant aussi une réalité vivante, sa manifestation s’adapte aux conditions spéciales de notre monde moderne. De ce fait, toutes les choses sont potentiellement des supports de révélation de l’Esprit à notre conscience individuelle : un livre, un film, le vol d’un oiseau, une parole entendue dans la rue, le conseil d’un ami, le reproche de votre ennemi, etc. Plus votre conscience sera ouverte et accueillante, et plus les possibilités de manifestations divines seront nombreuses.

Ceci étant dit, revenons au problème initial : où trouver l’aide et le soutien dont nous avons besoin pour progresser sur le chemin spirituel ? La réponse est lapidaire : « En vous-même ! », et Platon (428 av. J.-C – 348 av. J.-C) d’ajouter : « Tout ce que l’homme apprend est déjà en lui. ». La Miséricorde divine étant ce qu’elle est au-delà du temps et de l’espace, rien de ne saurait la limiter. Par conséquent, si les moyens extérieurs font manifestement défaut aujourd’hui, alors c’est vers l’intérieur qu’il faut se tourner, et trouver en nous-même de nouvelles ressources pour s’élever. Dans ce sens, quelqu’un m’a dit un jour : « Trouve la partie qui te manque ! Ne la cherche pas à l’extérieur de toi, et encore moins chez les autres car tu seras toujours déçu. Cherche en toi l’autre partie de toi-même. Cherche la sans cesse et persévère jusqu’au jour où tu l’auras enfin trouvée. Cette quête est la seule qui vaille, la seule qui puisse donner un sens à ta vie, la seule qui puisse te donner la Vie. ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.